Accueil
Facebook Twitter Flickr RSS
 
Lettre ouverte réponse à un courrier adressé par M. Dionis Du Séjour PDF
Publié le 04 Juin 2015 , mis à jour le 07 Juin 2015

Lettre ouverte réponse à un courrier adressé par M. Dionis Du Séjour concernant la réforme des collèges :

Entre l’égalitarisme et l’élitisme, M. Dionis Du Séjour choisit l’élitisme !

La FCPE choisit l’égalitarisme comme source d’augmentation du niveau de tous !

M.  Dionis  du  Séjour,  et  nous  n’en  sommes  pas  étonnés  à  la  FCPE  du  Lot-et- Garonne, préfère donc clairement l’immobilisme, pour des raisons purement politiques, à une réforme
qui vise à donner plus de sens aux apprentissages avec les travaux interdisciplinaires (seulement 1/5ème des enseignements se feront dans ce cadre, ce qui veut dire que 4/5ème
des enseignements resteront dans un cadre classique). Les projets interdisciplinaires, c’est faire comprendre aux élèves que les maths, cela sert concrètement à construire quelque chose, que les
langues, cela va servir concrètement à présenter au niveau international un projet sur le développement durable, etc. La FCPE fait confiance aux enseignants, à leurs capacités d’innovations pédagogiques
pour ne pas céder aux sirènes du laxisme et de l’immobilisme.
La France est 95ème dans les statistiques internationales PISA sur le niveau scolaire. Elle ne peut pas faire pire ! Relever le niveau de tous vers le haut profitera à tous les élèves, même aux meilleurs, sans parler des possibilités économiques dont ces « bons » élèves pourront profiter si  le niveau de culture générale et les qualifications professionnelles de l’ensemble des générations à venir étaient augmentés !
M. Dionis veut déléguer la formation aux entreprises pour les élèves décrocheurs, donc les priver du socle commun de connaissances et de compétences et les « formater » à une seule entreprise. Qu’en serait-il de leur employabilité à l’avenir avec une économie changeante, une nécessaire mobilité professionnelle et géographique ? Malheureusement, l’augmentation du chômage serait alors à prévoir et cela ne serait pas la seule conséquence catastrophique de la proposition soutenue par M. Dionis de « décharge » de l’enseignement sur les entreprises !  Après, on pourra s’étonner que l’esprit citoyen ne soit pas partagé par tous avec une Ecole qui se décharge de son rôle de sensibilisation et de transmission à tous des valeurs de la République. L’entreprise a des impératifs économiques, c’est normal, l’Etat et l’Education Nationale, eux doivent offrir à tous les élèves le meilleur avenir possible.  Peut- être certains hommes et femmes politiques se disent que ces citoyens ne comptent pas pour eux, ils ont tort, et les évènements du 7 janvier entre autres, sont là pour nous le rappeler.
Les « élites » culturelles, sociales et avisées n’auront plus à se « ruer » pour obtenir une place en 6ème dans une section bilangue ou européenne. Tous les élèves auront accès à une deuxième langue vivante dès la 5ème (allemand ou espagnol ou autre). De plus, cela reste possible dès la 6ème pour les élèves ayant démarré une autre langue vivante que l’anglais en primaire.
Beaucoup de points de la Réforme avaient été réclamés par la FCPE nationale au nom des parents d’élèves. M. Dionis Du Séjour devrait s’en réjouir, lui qui compte du moins dans « son » ancienne circonscription en tant que député, dans la commune d’Agen où il est Maire, dans la Communauté d’Agglomération d’Agen où il est président, dans la circonscription départementale où il s’est investi pour soutenir « ses » candidats, de très nombreux adhérents ou sympathisants FCPE, de très nombreux Conseils Locaux FCPE dans les écoles, collèges et lycées !
Bien-sûr, il y a d’autres intérêts dans cette réforme comme l’étendue de l’aide personnalisée à 3 heures hebdomadaires en 6ème, et une heure dans les autres niveaux ; une pause méridienne de 90 minutes en 6ème (espérons que cela soit par la suite aussi le cas en 5ème, 4ème et 3ème comme le demande depuis des années la FCPE pour respecter les rythmes des enfants). Elle va également permettre d’accorder plus de place aux parents d’élèves dans l’organisation des établissements et des projets.  Mais il est vrai que le maire d’Agen n’aurait pas vu d’un bon œil que les  fédérations de parents d’élèves aient eu plus de poids pour empêcher dans sa commune son organisation apparemment à caractère discriminante socialement à l’encontre des parents qui ne peuvent venir chercher leurs
enfants à l’école élémentaire le mercredi midi ou payer un professionnel pour le faire, lors de
la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.
Alors oui la Réforme, vous avez raison est « gravement hors-sujet » pour favoriser l’élitisme. Mais, comme la FCPE et la FCPE 47 le réclament depuis des années, pour favoriser l’égalitarisme, l’augmentation du niveau général de tous (des élèves en difficultés dans certaines matières comme des élèves démontrant leurs potentiels généralisés) et la transmission à tous des valeurs de la République telles que la laïcité, l’exercice dans le cadre de la loi des la libertés d’expression, l’égalité ou la fraternité,  la Réforme est non seulement dans le sujet mais elle présente une très bonne copie.

A Agen, le 29 Mai 2015, Le Président FCPE 47

et les membres du bureau du Conseil d’Administration FCPE 47

 
MONSIEUR GOUNOU : UN COMBAT D’ARRIERE-GARDE PDF
Publié le 11 Juillet 2014 , mis à jour le 11 Juillet 2014

 La FCPE, première Fédération de parents d’élèves et indépendante de tout parti politique, tient à réagir aux propos de monsieur Gounou parus dans Quidam-Hebdo du11 juillet 2014.

La réforme des rythmes scolaires est une nécessité.

  Elle part de deux constats simples : la journée de classe de six heures est trop longue pour nos enfants ; nos enfants sont plus disponibles le matin pour les apprentissages.

Il était donc indispensable d’abandonner la désastreuse semaine de quatre jours, décidée unilatéralement et sans concertation en 2008, comme le montre le rapport parlementaire rédigé par Xavier Breton (UMP) et Yves Durand (PS), ce qui prouve qu’il ne s’agit pas d’une histoire de politique politicienne. Malheureusement, en cette année d’élections municipales, certains hommes politiques, et certains syndicats enseignants, ont changé d’avis, instrumentalisant de façon éhontée nos enfants !

 La priorité de monsieur Gounou est que tout élève sache  lire, écrire et compter en entrant en sixième ; c’est aussi la nôtre et avec une journée de cours allégée et cinq matinées de classe au lieu de quatre, on progressera en ce sens, comme le montrent déjà certains témoignages d’enseignants, appliquant les nouveaux horaires dès 2013. Mais la «  baisse de niveau » déplorée par Monsieur Gounou est peut-être aussi due au fait que ses amis politiques ont supprimé 80 000 postes dans l’Education Nationale de 2002 à 2012 ; tout enseignant vous dira qu’il n’a pas tout à fait les mêmes pratiques avec 30 élèves qu’avec 25.

Le périscolaire doit être mieux financé.

  Concernant le périscolaire,  les communes ne peuvent bien entendu supporter les coûts de la réforme à elles seules : la FCPE réclame donc depuis 2012 que le fond d’amorçage soit pérennisé sous une forme ou sous une autre. Mais les communes  ne peuvent s’exonérer du vrai choix : la priorité doit être le devenir de nos enfants.

 Doit-on continuer à construire des ronds-points ou financer les TAP ?Doit-on, comme dans certaine commune rurale du département, aménager un bureau flambant neuf pour le Maire dans une salle attenante à l’école ou dédier ce même local aux activités périscolaires ?

 Les autorités  départementales de l’Education Nationale avec le décret Hamon doivent-elles vraiment accepter que dans dix communes du département nos enfants aient encore deux journées de six heures de classe et que dans une dizaine d’autres, les TAP soient regroupés sur une demi-journée, laissant aux enfants huit demi-journées de classe , dont deux journées de six heures ?

 La réforme des rythmes scolaires est une bonne chose, même si elle n’est pas parfaite, et la FCPE restera vigilante sur les améliorations à apporter. Parmi celles-ci, un financement plus important du périscolaire par l’Etat et une meilleure prise en charge par certaines communes garantiront une véritable égalité pour nos enfants et pourront aussi être un gisement d’emplois et/ou une meilleure perspective de carrière pour les personnels communaux.

 Il est grand temps que tout le monde se mette autour de la table, sans esprit partisan,  pour répondre aux besoins de nos enfants qui sont notre avenir.

Eric Casail, Secrétaire Départemental FCPE.

 

http://quidamlhebdo.fr/loeil-dandre-gounou-les-rythmes-scolaires-accentuent-linegalite/

 
Rythmes scolaires PDF
Publié le 12 Novembre 2013 , mis à jour le 12 Novembre 2013

alt

 

Depuis que le débat médiatique s'est focalisé sur la réforme des temps éducatifs, nous constatons que l'on parle surtout des rythmes... des adultes ! Enseignants déboussolés dans leur travail, parents désorganisés dans leur vie quotidienne, villes connaissant des difficultés financières... On ne compte plus le nombre d'articles ou de reportages pointant les dysfonctionnements dans la mise en place de la réforme, mais très peu sur les bonnes pratiques pourtant nombreuses.

Pour nous, c'est une évidence : changer l'Ecole, c'est changer la société. Changer les rythmes de l'Ecole, c'est donc aussi modifier les rythmes de la société. Revenir à la semaine de 4 jours et demi demande forcément des adaptations pour ceux qui les entourent : parents, enseignants, animateurs...

Depuis plus de 30 ans, la FCPE plaide pour une réforme des rythmes scolaires prenant en compte les besoins des élèves. C'est de la réussite des élèves, de leur avenir et donc de celui de la société dont il s'agit. Les résultats du système éducatif actuel ne nous satisfont pas : accroissement des inégalités, mal-être des élèves à l'école, sortie prématurée du système sans diplôme ni qualification de près de 150 000 jeunes chaque année... Le constat accablant impose d'agir vite, c'est ce que nous ne cessons de demander !

L'Etat s'est engagé en donnant la priorité à l'éducation, et en particulier à l'école primaire, car c'est dès le plus jeune âge que tout se joue. Tous les acteurs ont maintenant les clés en main pour faire réussir une réforme qui a été prévue pour les élèves. Aux adultes de s'y adapter, aux communes de jouer le jeu par un double engagement : d'une part, l'engagement politique et budgétaire d'une priorité communale à la jeunesse, d'autre part, un engagement dans la mise en place des projets éducatifs de territoire qui ne peuvent aboutir que dans la concertation avec tous les acteurs éducatifs.

C'est un défi de taille que nous pouvons relever tous ensemble !

Paul Raoult, président de la FCPE

 
Adhérer PDF
Publié le 27 Février 2013 , mis à jour le 18 Octobre 2013

Accéder au bulletin d'adhésion à imprimer

alt

 
Congrès 2013 PDF
Publié le 14 Juin 2013 , mis à jour le 14 Juin 2013

congres_2013

 
la FCPE demande des avancées nouvelles. PDF
Publié le 21 Mars 2013 , mis à jour le 21 Mars 2013

Vote de la loi sur la refondation de l’Ecole :

la FCPE demande des avancées nouvelles.

Les députés ont voté, hier, à une large majorité, la loi d’orientation et de programmation portant refondation de l’Ecole de la République.

La FCPE se félicite qu’un tel texte soit voté pour l’avenir de l’Ecole et des élèves. En effet, nombre d’amendements acceptés en commission ou en séance publique ont permis d’améliorer le texte. Ces derniers portent notamment sur la formation des enseignants, l’éducation prioritaire, le renforcement du socle commun de connaissances, de compétences et de culture ou encore sur la clarification de la participation des délégués de parents d’élèves à l’école primaire.

Toutefois, la FCPE regrette que le gouvernement n’ait pas accepté certains amendements portant une idée novatrice de l’Ecole et favorisant l’épanouissement et la réussite de tous les enfants.

En ce sens, le retrait de l’article 25 ter accordant, dans le choix d’orientation, le dernier mot aux familles et à l’élève, apparaît comme aller à contre sens des besoins nécessaires exprimés par la grande majorité de la communauté éducative.

De la même manière, la FCPE est déçue par le manque d’ambition portée sur la fin des notes et des devoirs à la maison à l’école primaire. 

Aussi, la FCPE demande le retrait de l’article 4 ter du nouveau texte de loi, car il remet en cause la loi de février 2005 en donnant la possibilité à une personne ou un groupe de personnes tiers, autre que les parents ou le responsable légal, de saisir la Commission des droits et de l’Autonomie des personnes handicapés pour demander la révision des notifications d’assistants de vie scolaire, sans avoir recueilli préalablement l’accord de ces derniers.

Ainsi, la FCPE se saisira à nouveau de ce texte. Elle portera auprès des parlementaires des propositions d’amendements visant à rendre la loi encore plus ambitieuse, en défendant une vision nouvelle de l’Ecole de la République basée sur la solidarité, l’ouverture et la coéducation. Les futurs débats au Sénat et la deuxième lecture à l’Assemblée Nationale de ce texte, seront pour la FCPE une nouvelle occasion de faire entendre ses volontés de modifications du texte.

 
Villeneuve. «C'est l'école pour tous qu'il faut maintenir» PDF
Publié le 01 Mars 2013 , mis à jour le 01 Mars 2013
Source : la dépêche du midi
Isabelle Monmarchon, responsable de la section locale de la FCPE./Photo DDM, J.F. () 

Isabelle Monmarchon, responsable de la section locale de la FCPE./Photo DDM, J.F.

Décryptage tout au long de la semaine de l'enquête «Ma ville demain». Isabelle Monmarchon, de la FCPE, a réagi aux réponses des Villeneuvois sur l'enseignement.

Isabelle Monmarchon est la responsable locale du conseil local de la Fédération conseil parents d'élèves (FCPE). L'enquête «Ma ville demain» sur le thème de l'enseignement a fait ressortir en tout premier lieu que les Villeneuvois sont favorables au regroupement des écoles voisines et souhaitent l'amélioration de la qualité des bâtiments scolaires.

Lire la suite...
 
C'est dans l'actu - spéciale "Education" PDF
Publié le 27 Février 2013 , mis à jour le 27 Février 2013

Accueil C'est dans l'Actu

alt

Emission spéciale "Education" avec Emmanuel Eyssalet (FCPE), Sylvain Picard (enseignant), Christine Bonfanti maire de Lafox.

Lire la suite...
 
«DébutPrécédent123SuivantFin»

Page 1 sur 3
 

FCPE : actualités nationales

Agenda départemental

Décembre 2016
L Ma Me J V S D
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

Prochains événements

Aucun événement

Connexion espace réservé